Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Emmanuel CHABRIER, Joyeuse Marche, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, octobre 1952, Victoria Hall, Genève

Emmanuel CHABRIER, Joyeuse Marche, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, octobre 1952, Victoria Hall, Genève
Ajouter

Description

Ernest Ansermet aimait tellement la musique d'Emmanuel Chabrier qu'il a donné le nom de "La Chabrière" à sa maison, à Rolle, Route de Gilly. En octobre 1952 il enregistre cette courte oeuvre pour Decca, avec "son" orchestre dans le Victoria Hall de Genève (Il réenregistra cette oeuvre une douzaine d'années plus tard, bien entendu en stéréo).


Emmanuel Chabrier compose la première version de sa «Joyeuse marche» pour piano à quatre mains à l'intention des candidats au concours du Conservatoire de Bordeaux. C'est toutefois sa version pour orchestre qui est restée la plus connue. "[...] Dédiée à Vincent d'Indy, fort admirée de Debussy qui la qualifiait de «chef-d'oeuvre de haute fantaisie», cette Marche, conçue comme un rondo à refrain et dont les quatre thèmes voient leur ironie encore renforcée par une instrumentation insolite et presque caricaturale, est un raccourci éloquent de l'humour de Chabrier, franc et sans détour. Quatre minutes d'un plaisir bon enfant, qui prouvent que, chez Chabrier, il n'y a pas de page mineure [...]" cité du Guide de la musique symphonique.


Ernest Ansermet aimait terminer ses concerts par cette Joyeuse Marche. Comme l'écrit Numa F. Tétaz dans la conclusion de son livre "Ernest Ansermet, interprète": "[...] Je me contenterai de vous inviter à écouter ces quatre minutes de musique, cette merveille de joie de vivre, de rythmes irrésistibles, d'esprit blagueur, ce chapelet d'adorables surprises mélodiques, cette gourmandise d'harmonies fines et neuves. Et quel sens de la cadence chez l'interprète, à la fois entraînante et détendue, quelle attention au détail de l'instrumentation, quel plaisir de faire sonner "à la française" cet orchestre quasi wagnérien! [...]".


Un commentaire sur l'enregistrement de 1952: "[...] La Joyeuse Marche, fine et réellement soucieuse de légèreté, séduit immanquablement par son ton faussement guindé: une direction là encore plus accomplie que celle de la version stéréophonique, un rien massive et pas assez pétillante [...]", Pierre-Yves Lascar.


L' enregistrement que vous écoutez...

Emmanuel Chabrier, Joyeuse Marche, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, octobre 1952, Victoria Hall, Genève

Tempo di marcia molto risoluto e giocoso 03:52

Provenance: Decca LXT 2760 (ARL 1425-1B)



Decca LXT 2760 (ARL 1425-1B), Étiquette face recto du disque

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire